On dit qu'un battement d'aile de papillon peut provoquer une tempête, à l'autre bout du monde. Alors, un coup porté sur un homme à terre ? des bouches frottées sur l'asphalte ? des mains trop fort serrées dans le dos ? des têtes tirées en arrière par les cheveux ? des mises à nu devant des hommes armés sans visage ?
des hommes poussés dans des camions ? des hommes poussés dans des chambres ? des hommes poussés dans des avions. De force. Par les forces de l'ordre. Pour le chiffre. 25000. 00h00. Tête sur l'oreiller qui s'enfonce, paupières closes qui se scellent sur la nuit, chaleur de mon corps qui gagne les draps, odeur de lessive qui rappelle l'enfance. Pendant que peu à peu je sombre, ont-ils encore les yeux ouverts ? ont-ils dîné ou résistent-ils le creux au ventre ? Pendant que peu à peu mon souffle trouve son rythme, halètent-ils de peur ? vident-ils leurs poumons de cris ? Pendant que mes pensées se transforment en rêve, leur vie d'ici devient leur vie d'avant, leur vie d'avant à portée de main derrière quelques hommes en bleu, derrière quelques pierres montées en mur, derrière quels fils de fer barbelés. A quelques kilomètres de moi, à quelques mètres de vous, de toi. Pendant que je rêve ma vie de toujours, eux ne veulent pas dormir. INCREDULES. Cela ne peut finir comme ça. Aujourd'hui en France.